La forêt, véritable trésor de biodiversité

Quand on pense biodiversité, on imagine souvent des territoires lointains en zones menacées et dans des espaces naturels immenses, comme l’Amazonie, ou l’Afrique.  Quand on y ajoute la notion de forêt,  on pense généralement à quelque chose qui est précieux et en danger notamment avec la déforestation intensive et aux autres actions humaines réalisées sans aucune préoccupation environnementale.

Et pourtant, la biodiversité et ses enjeux se rencontrent de manière bien plus fréquente, et surtout plus proche, dès que vous sortez de chez vous par exemple.

Mais tout d’abord, qu’est ce que la biodiversité ?

La biodiversité, contraction de biologique et de diversité, représente la diversité des êtres vivants et des écosystèmes : la faune, la flore, les bactéries, les milieux mais aussi les races, les gènes et les variétés domestiques.
A cela s’ajoute les interactions qui existent entre ces organismes, mais aussi avec leurs milieux.
La biodiversité est donc une richesse multiple qui nous entoure et que nous devons protéger.

La forêt, première ambassadrice de cette biodiversité

En France métropolitaine, la forêt, avec ses 16 millions d’hectares dont 11 appartiennent à des propriétaires privés, représente près d’un tiers du territoire. Et sa proportion ne cesse de croitre, ayant augmenté de près de 70% en un peu moins de deux siècles, notamment grâce à sa gestion et son exploitation durables.
Au delà de sa surface, la forêt française recense surtout un nombre impressionnant d’espèces de faune et de flore. A elle seule, elle regroupe 138 espèces d’arbres forestiers, elle représente 72 % de la flore métropolitaine,  abrite 37 espèces de mammifère et 120 espèces d’oiseaux. On peut également souligner que 44% des espaces Natura 2000 sont en zone forestière.

En tout c’est plus de 30% de la biodiversité nationale qui se retrouve en forêt. Il est donc important d’adopter les bons gestes pour préserver cette richesse naturelle.

C’est pourquoi, il existe notamment des certifications forestières garantissant la gestion durable de la forêt et offrant une traçabilité de l’origine des bois, comme par exemple PEFC (http://www.pefc-france.org/).

Des gestes simples pour des effets durables

La préservation de cette biodiversité fait donc l’objet d’engagements particuliers, préconisés par les services compétents de l’Etat afin de favoriser le maintien et l’équilibre de cet écosystème fragile.

La plupart des gestes préconisés sont simples et à la portée de tout à chacun. Parmi les actions possibles on retrouve les suivantes :

  • Le besoin de conserver les habitats naturels des espèces qui dépendent de la forêt. Ainsi, un arbre mort, une souche, une portion de forêt ancienne qui peuvent apparaître inutiles voire mauvais pour la santé de l’ensemble, sont parfois des lieux de vie abritant parfois des centaines d’espèces d’insectes, et d’oiseaux, et doivent donc être maintenus en l’état pour respecter l’équilibre des lieux de vie. Le tout est de trouver l’équilibre entre bonne gestion-entretien de la forêt et protection des êtres vivants.
  • Il faut aussi maintenir la vie et la fertilité des sols. Un sous bois qui est systématiquement nettoyé et débarrasser de tout couvert végétal va finir par s’appauvrir, devenant par la même occasion hostile aux espèces pouvant s’y développer.
  • Adapter sa gestion de forêt aux besoins des espèces autant que possible. On peut par exemple programmer les coupes en fonction des périodes de reproduction, où volontairement maintenir les arbres accueillant des nids d’oiseaux qui reviennent annuellement.
  • Limiter les populations animales invasives. Il s’agit là de procéder à la régulation de la présence d’espèces animales comme les grands gibiers, qui en surnombre, ont tendance à épuiser la ressource végétale permettant le renouvellement de la forêt.
     

Voici donc quelques exemples simples à mettre en œuvre pour gérer de façon durable son bien forestier. Pour autant, il existe également différentes structures permettant d’informer les propriétaires forestiers qui souhaiteraient en savoir plus sur ces enjeux de biodiversité. C’est le cas notamment des CRPF, des syndicats de propriétaires forestiers, des coopératives forestières, voire même de l’ONF qui s’occupe des forêts publiques.

Vous trouverez en outre ci-dessous une vidéo reprenant ces principes de gestion en faveur du maintien de la biodiversité.

En tant que nouveau propriétaire forestier, vous avez envie de vous engager dans une gestion durable de votre forêt ?

Contactez-nous et un professionnel répondra à toutes vos questions et pourra vous accompagner dans votre projet.


Sources : Ministère de l'Environnement de l'Energie et de la Mer / Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt