VEM

La filière forêt-bois vient de se doter d’un nouvel outil : la Veille Economique Mutualisée (VEM). Issu d’un travail de plusieurs mois, cette VEM va assurer un suivi économique du secteur afin de renforcer la compétitivité des entreprises.

Une démarche originale, portée par plusieurs acteurs clés, initiant un partenariat inédit.

Une des forces de ce projet réside avant tout dans le fait qu’il a réuni différents acteurs en rapport avec la filière, lui assurant une assise et une crédibilité immédiate. Ainsi, ce ne sont pas moins de sept partenaires qui se sont alliés pour créer la VEM. Pour l’Etat, le ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt, le ministère de l’Environnement de l’Energie et de la Mer, le ministère de l’Economie de l’Industrie et du Numérique, et le ministère du Logement et de l’Habitat durable ont été sollicités. Pour les professionnels, se sont regroupés France Bois Forêt, France Bois Industries Entreprises et le Comité Professionnel de Développement des Industries Françaises de l’Ameublement et du Bois.

Dans la pratique, il a été élaboré un cahier des charges précis pour réaliser un Appel d’Offres en vue de déterminer quel acteur assurerait la mise en place de ce projet ambitieux. Et c’est un consortium de compétences, constitué de FCBA et IPEA qui assurera la mise en œuvre opérationnelle, sous la coordination de France Bois Forêt.

Cyril Le Picard, président de FBF, insiste d’ailleurs sur l’implication que demande une telle démarche : « La mise en place de ce nouvel outil représente l’aboutissement d’un travail engagé depuis plusieurs années par les organisations professionnelles de la filière forêt-bois en partenariat avec les Pouvoirs publics ».

Un dispositif innovant pour permettre une meilleure réactivité

Premier objectif : la compétitivité, comme le souligne Luc Charmasson, président de FBIE « En assurant la cohérence de l’ensemble des actions prises lors des Comités stratégiques, ce partenariat public-privé va renforcer la compétitivité de la filière ». Principe que souligne également Cyril Le Picard : « Elle [la VEM] donnera plus de force et d’efficacité à l’ensemble de la filière. »

Deuxième volonté affichée, celle de permettre aux entreprises de mieux aborder les marchés d’avenir, et ceux à forte valeur ajoutée, pour générer de la richesse et surtout créer des emplois.

Au final, un outil qui se positionne comme un soutien réel et concret aux entreprises, afin de leur permettre de mieux répondre aux attentes des marchés et besoins des donneurs d’ordres.

Concrètement, comment cela se traduit-il ?

S’appuyant sur un site Internet qui regroupera l’ensemble des données collectées, cette veille économique a pour vocation de surveiller l’ensemble de la filière, en partant de la forêt pour aller jusqu’à la distribution, sans omettre le bois énergie ou encore la construction bois.

Ainsi les acteurs pourront venir consulter diverses données économiques en rapport direct avec leur cœur de métier, pour en extraire des tableaux, graphiques et autres analyses, les aidant dans leur prise de décision. Ils profiteront également des retours sur expérience et données chiffrées répertoriés lors de précédents projets menés par des professionnels du bois.

L’usager aura par ailleurs accès à l’actualité économique de sa branche mais aussi de l’ensemble du secteur pour pouvoir prendre le pouls de l’activité bois-forêt de manière plus globale. En s’appuyant sur ces données, il pourra notamment situer le niveau de sa propre activité au sein du secteur. Luc Charmasson apporte du reste quelques précisions à ce sujet : «La VEM permettra notamment de mesurer le poids de la filière forêt-bois dans l’économie nationale et de disposer de la répartition de la valeur ajoutée aux différents stades de marché de la filière.»

Cette VEM est donc une réelle opportunité pour tout propriétaire forestier qui souhaiterait exploiter son bien, d’une manière ou d’une autre.

N’hésitez donc pas à contacter nos équipes de professionnels de la forêt pour obtenir plus d’information à ce sujet.