Investir dans la foret

Vous êtes intéressé pour investir dans une ou plusieurs forêts et ne savez pas comment procéder ? Vous êtes propriétaire forestier et aimeriez connaitre la valeur de votre parcelle pour la vendre ou pour développer votre patrimoine ? Voici des informations utiles que vous pourrez compléter avec l'envoi d'une demande à un forestier professionnel sur notre page dédiée.

 

Votre forêt peut vous offrir certaines opportunités

Si la forêt française porte une image de bien commun, il n’en reste pas moins vrai que 75% de sa surface est privée. Pour autant peu nombreux sont ceux qui ont conscience de la valeur que pourrait avoir leur bien.

La plupart de propriétaires forestiers ne voient dans la forêt qu’un patrimoine à transmettre à leur descendance, alors qu’elle peut aussi dans certaines conditions être un investissement intéressants, et ce à plusieurs titres.

La forêt peut constituer un investissement financier à part entière, et vous donc vous interpeller pour devenir un propriétaire forestier sylviculteur ou pour étendre votre patrimoine forestier.

 

Un rendement assez bas, qui peut procurer  de bonnes surprises.

Premier élément à prendre en compte : le rendement brut de votre forêt, constitué par le bois lui-même est assez faible : entre 1 et 2% environ par an* (taux constatés en 2014). Toutefois, une forêt gérée et exploitée  peut permettre dans certains cas un rapport supérieur de 4 à 5 et dans tous les cas la valeur globale en sera améliorée. A noter que ces chiffres peuvent fortement varier en fonction de l’’essence utilisée, de la fertilité de la station, de la qualité et de l’âge des peuplements, des travaux de sylvicultures effectués, et surtout du marché.

 

La forêt française plus performante que le CAC 40

La SAFER pondère un peu ces chiffres en indiquant que le rendement moyen annuel au cours des 15 dernières années était de 5%. Si cela peut paraître finalement assez bas, un chiffre vient toutefois montrer que l’investissement dans la forêt n’est pas une si mauvaise affaire. En effet, sur la même période, même s’il a connu une progression importante au début des années 2000, le CAC 40 ne propose, sur la même période, qu’un taux de progression de 3%*. Attention ce rendement ne sera obtenu que si vous acceptez de vous séparer de votre bien !

Une fiscalité forestière particulière.

Parfois l’attractivité de la forêt comme investissement s’explique par une fiscalité particulière. Après deux ans en tant que propriétaire forestier, vous pouvez bénéficier d’un abattement de 75% sur les frais de succession / donation dans certaines conditions. Cette particularité qui n’est qu’une justice fiscale par rapport aux autres filières s’applique aussi dans l’évaluation de votre patrimoine lorsque celui-ci vous amène à être redevable de l’ISF avec toutefois un plafond de 50000 € par an.

Le dispositif d’encouragement fiscal à l’investissement en forêt rend l’acquisition, l’exploitation et la gestion forestière fiscalement intéressant. Depuis fin décembre 2017, un crédit d'impôts a été reconduit et élargie pour tous les propriétaires, y compris ceux de moins de 4 hectares (ce qui n’était pas le cas auparavant), pour des travaux réalisés dans une propriété avec un taux de 18% ou de 25 % si vous êtes adhérent d’une coopérative forestière reconnue organisation de producteurs.

 

De quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros l’hectare de forêt.


Côté chiffres, on constate tout de même une forte disparité entre les différents types d’essences, lieux d’implantation et surtout tailles des forêts considérées. En effet selon que vous serez au nord ou au sud de la France, que la forêt sera composée de feuillus ou de conifères, qu’elle sera plus ou moins grande, vous constaterez des écarts de prix à l’hectare de forêt pouvant être multipliés par 20.

Par exemple si le prix moyen d’un hectare de forêt est en 2014 de 4000 €, il atteint la valeur de 8000 € lorsque l’on parle d’une forêt de plus de 100 hectares*.

En termes de situation géographique, une forêt en région parisienne dépassera les 10000 € à l’hectare quand il sera à moins de 4000 € en région méridionale, notamment du fait d’une pression démographique différente entre autre.

 

Alors pourquoi ne pas devenir un propriétaire forestier sylviculteur?

 

Vous êtes séduits par l’aventure ? Sachez tout de même qu’il est très important de prendre de nombreux critères en compte avant de se lancer dans ce type d’investissement. Soyez ainsi attentifs aux types d’essences qui constituent la forêt, à ses capacités d’exploitation au niveau économique, à la facilité d’accès des parcelles, à la qualité des sols… Il vous est donc fortement conseillé de vous faire aider de spécialistes de la forêt française.

Cela tombe plutôt bien, nos forestiers professionnels sont à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions et vous accompagner dans le projet que vous pourriez avoir. Vous trouverez beaucoup de réponses et les adresses de personnes compétentes en cliquant ci-dessous :

Nouveaux propriétaires forestiers – pas de blabla, des solutions !

 

*Sources : SAFER / note de conjoncture sur le marché du foncier rural en France réalisée par Agrifrance filiale de BNP Paribas / Les Echos / Boursorama

Investir dans la forêt, c’est bon pour mon épargne et mon patrimoine.